RECHERCHES SCIENTIFIQUES SUR LA CRYOLIPOLYSE

Les adipocytes sont beaucoup plus sensibles à l’effet du froid que les cellules des tissus avoisinants (les nerfs, les vaisseaux sanguins, les cellules pigmentaires, etc.), ce qui rend cette technique très efficace pour redessiner la silhouette !

Les chercheurs ont noté à la prestigieuse école de médecine de Harvard aux États-Unis en 2011 que les cellules adipeuses ne sont pas résistantes au refroidissement. Au bout d’une heure, le refroidissement de la couche de graisse supérieure ciblée et cristallisant sous-cutanée les cellules adipeuses, les cellules sont naturellement évacuées par le corps. Mais la thérapie CRYOBACK 3 va au-delà de refroidissement.

L’effet du froid sur le tissu adipeux : 1. Alors qu’un nombre limité d’études provenant de sources fiables a montré une réduction de la couche de graisse à froid (4°C) par 20-80% après 60min cryo polise (évaluée par mesure par ultrasons). La réduction de la couche de graisse est progressive, généralement la plus intense entre le 14ieme et le 30ieme jour après l’application et se prolonge au-delà de 60 jours.

D.Manstein et R.Anderson a le premier démontré que le refroidissement contrôlé localement les tissus ont une destruction sélective des cellules graisseuses (adipocytes). Le résultat est non-invasif et la perte permanente de graisse sous – cutanée. Dr. Dieter Manstein Dr. Rox Anderson en 2008, l’Hôpital général du Massachusetts, USA explorateurs effets cool sur adipocytes
Documentation disponible : mot – clé = « cryolipolyse » Base de données : Science Direct, Medline, ProQuest, EBSCO Host 13 références, 7 textes entiers (jusqu’à la fin de l’année 2011.)

Lectures recommandées

Manstein, D et al. Selective Cryolysis: Une nouvelle méthode de non-invasive suppression de graisse. Lasers en chirurgie et de médecine ; 40, 595-604, 2008 (Boston, Harvard Medical école) Klein, K. et al. Cryolipolysis non invasive pour la réduction des graisses sous – cutanée n’affecte pas les niveaux delipides sériques ou Tests de fonction hépatique. Lasers en chirurgie et de médecine ; 41, 785-790, 2009 (Université du Minnesota. Département de dermatologie)

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS ?

NOUS CONTACTER